Le Panama rejette les accusations de violations présumées contre les migrants

HomeAmérique centrale

Le Panama rejette les accusations de violations présumées contre les migrants

14 février | Le gouvernement panaméen a rejeté lundi les accusations de violations présumées des droits de l'homme contre des migrants traversant

Les migrants en partance pour les États-Unis pourront déposer une demande au Guatemala
Mexique: des migrants enfermés dans un incendie meurtrier
Road accident leaves 20 migrants injured in Costa Rica
Le Mexique retrouve 343 migrants abandonnés dans un camion, dont 103 mineurs non accompagnés
Biden in Mexico for talks on migrants, drugs

14 février |

Le gouvernement panaméen a rejeté lundi les accusations de violations présumées des droits de l’homme contre des migrants traversant le Panama à travers la dangereuse jungle de Darien en route vers les États-Unis.

Au cours du week-end, le journal espagnol El País a publié une note indiquant que l’ONU avait envoyé un document au gouvernement de l’isthme détaillant les allégations de violations présumées de femmes et de filles par des agents des frontières. En outre, il est mentionné que les migrants effectuent du travail forcé afin d’obtenir les moyens de payer le voyage au Costa Rica.

«Le gouvernement national rejette de la manière la plus énergique les accusations qui tentent de déformer le travail humanitaire que les entités panaméennes (…) effectuent en faveur de la prise en charge des migrants qui entrent par la frontière colombo-panaméenne», a rapporté le ministère de Sécurité publique.

Dans un communiqué daté de lundi, l’entité a ajouté que, dans les plaintes précédentes déposées par des migrants, la participation de responsables panaméens à des violations des droits de l’homme n’était pas mentionnée, mais a précisé que si les allégations sont confirmées «le gouvernement mènera les enquêtes pertinentes jusqu’à ce que le dernières conséquences».

L’année dernière, un nombre record de 248 000 migrants ont traversé le Darien Gap – l’une des régions les plus infranchissables et les plus dangereuses d’Amérique latine – en route vers les États-Unis. La plupart d’entre eux sont des Vénézuéliens fuyant la crise dans leur pays.

Le Panama assure qu’il déploie de grands efforts pour faire face à la crise migratoire et qu’il a été contraint de demander un soutien international ces dernières années en raison du flux croissant d’étrangers en provenance d’Amérique du Sud, et de faire face aux réseaux transnationaux de criminalité organisée.

Dans une déclaration de clarification, l’ONU a précisé que les plaintes font partie d’une lettre d’allégations émise par diverses procédures spéciales du Conseil des droits de l’homme qui comprend des experts et des rapporteurs indépendants. Les plaintes ont été déposées le 9 décembre de l’année dernière.

«Dans ces lettres (…), ils présentent normalement les allégations reçues de différentes sources et demandent d’éventuelles clarifications aux États eux-mêmes concernant les plaintes de violations présumées des droits de l’homme reçues», a indiqué l’agence sans donner plus de détails.